Les bibliothèques universitaires accompagnent les équipes de recherche dans la gestion et l'ouverture de leurs données, la rédaction des Plans de Gestion de Données (DMP) et les bonnes pratiques à respecter.

Dans le cadre du 2ème plan national pour la science ouverte, les données de recherche produites par la communauté scientifique de Nantes Université ont vocation à être partagées, en libre accès ou non, selon le principe "aussi ouvert que possible, aussi fermé que nécessaire".

Progressivement, un plan de gestion des données (DMP) et la diffusion des données de recherche dans le respect des principes FAIR (Faciles à trouver, Accessibles, Interopérables et Réutilisables) sont demandés par les organismes financeurs et par certains éditeurs.

Une bonne gestion des données permet de gagner du temps en début de projet, d'améliorer la dissémination des résultats, d'augmenter la visibilité du travail des chercheuses et des chercheurs, de reproduire et valider la recherche, ou encore de favoriser la réutilisation, le partage et la collaboration à grande échelle.
 

À Nantes Université : un guichet unique, des services

Nantes Université propose un service d'accompagnement et d'orientation pour les données de recherche à destination des équipes de recherche.

Pour toute question ou demande d'accompagnement, contactez la mission données de la recherche des bibliothèques universitaires :
  Ses structures affiliées (MSH Ange Guépin, OSUNA, etc.) proposent toutes une offre de services spécifiques à certaines disciplines, et les personnes ressources comme la déléguée à la protection des données ou le référent intégrité scientifique sont aussi là pour vous aider (voir la liste des partenaires ci-contre).

Le Plan de Gestion des Données (DMP)

Un Plan de Gestion des Données (PGD) ou Data Management Plan (DMP) est un document de plus en plus demandé par les agences de financement. Il est par exemple obligatoire depuis 2019 pour les projets financés par l'ANR qui en demande 3 versions (une au démarrage, une à mi-parcours et une en fin de projet), ou encore pour les programmes européens.

Présenté sous forme de questions-réponses, il définit comment sont gérées les données pendant et après le projet. C'est aussi un outil de gestion de projet très utile ; il permet de se poser les bonnes questions au bon moment et d'anticiper les étapes du cycle de vie de la donnée.

Il doit comporter les éléments suivants :
  1.     Description du projet de recherche : but, partenaires, responsabilités, leadership...
  2.     Inventaire et description des données : type, taille, méthode de collecte et de traitement...
  3.     Documentation : métadonnées, documents complémentaires, logiciels nécessaires...
  4.     Sauvegarde et sécurité : matériel et méthode, périodicité et nombre de copies, versioning, nommage...
  5.     Droit et éthique : selon le type de données (personnelles, santé, vivant), les lois...
  6.     Conservation : quelles données à long terme, combien de temps, à quel endroit
  7.     Partage (pendant et après le projet) : accès, licences, embargo, confidentialité...
  8.     Ressources : matérielles, financières, humaines...
Quelques outils pour vous aider :
 

Déposer ses données de recherche


Afin que les données puissent être facilement trouvées et réutilisées, il est nécessaire de suivre pas à pas les étapes suivantes, toutes indispensables pour un dépôt réussi :
 
  1. Choisir son entrepôt institutionnel, disciplinaire ou généraliste, qui réponde aux exigences de l'organisme financeur ou de l'éditeur. Il est recommandé de choisir un entrepôt certifié qui respecte les principes FAIR et délivre un identifiant pérenne comme, par exemple, un DOI.
  2. Décrire correctement ses données en utilisant un standard de métadonnées, c'est à dire un format d'échange selon sa discipline et le type de données. Si vous avez déjà déposé sur HAL, vous avez déjà produit des métadonnées (le formulaire de HAL obéit au standard DublinCore).
  3. Déterminer le mode d'accès aux données et leurs condition de réutilisation. Avant de procéder à un dépôt, il est nécessaire de vérifier si des contraintes juridiques s'appliquent aux données (secret défense, données sensibles, etc.) et de choisir une licence en fonction de ces contraintes.
Quelques outils pour vous aider :
 

Rédiger et publier un data paper


Les data papers (ou data article) sont des publications scientifiques revues par les pairs présentant un ou plusieurs jeux de données. Ils peuvent être publiés dans des data journals ou dans des revues scientifiques classiques ouvertes aux data papers. Les données y sont décrites et accessibles (par un lien vers un entrepôt de données ou proposé en supplementary materials). Les données peuvent être liées à une publication scientifique ou indépendantes d'une publication.

Un data paper permet de :
 
  • Communiquer l'existence des données et augmenter leur visibilité
  • Créditer les auteurs et favoriser les citations
  • Faciliter la réutilisation des données en les rendant intelligibles
Quelques outils pour vous aider :